French Writing & Translation Services

&

530152_700_1334158884La perluète est très courante en anglais, car elle présente un attrait visuel important pour les spécialistes du branding (« stratégie d’image » en français officiel), ce qui lui a d’ailleurs valu son surnom de « & commercial ».

Nombreuses sont les marques qui ont exploité cet aspect visuel (C&A, P&O, B&Q, M&S, etc.), mais le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale souligne que « ce signe ne s’utilise que dans les raisons sociales » (2002, p79) et la Banque de dépannage linguistique de l’Office québécois de la langue française précise qu’« on doit éviter de l’utiliser pour joindre deux noms communs, qu’ils soient écrits ou non en majuscules ».

Le conserver dans des expressions telles que « recherche & développement » relèverait donc de l’anglicisme.

En réalité, c’est la traduction du premier terme qui constitue l’anglicisme ou, pour être précis, le calque stylistique. En effet, la perluète rend les tautologies plus présentables. Or les jargons anglophones affectionnent une forme particulière de tautologies, où le deuxième terme implique généralement le premier.

Exemples de tautologies anglaises utilisant la perluète

  • Q&A : questions and answers. Dans le domaine commercial, il est exceptionnel de laisser les questions de ses clients sans réponses.
  • S&D : search and destroy. Pour détruire un virus, il faut d’abord le trouver.
  • R&D : research and development. Qui dit développement dit recherches préalables.
  • R&B : Rythmn and blues. Ni précis ni authentique, c’est un « terme fourre-tout pour qualifier toute musique faite par et pour les noirs américains » (d’après R. Palmer, dans Rock & Roll : An Unruly History, 1995, Harmony books), inventé par un journaliste pour remplacer le race music qui devenait politiquement incorrect.
  • T&C : terms and conditions. Les doublons sont typiques du vocabulaire légal anglosaxon. Bien que certains juristes s’échinent à démontrer qu’il existe une différence (ce qui est lucratif dans un système où la jurisprudence est la source principale du droit), ils proviennent en réalité d’une vieille habitude de doubler le vocabulaire franco-latin par du vocabulaire germanique.

Suggestions

Se poser la question « est-il nécessaire de traduire mot à mot ? »

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s